56 – BANGKOK – La chaleureuse

25 février 2020

Mon voyage se termine maintenant.
Grosse nostalgie de la longue plage de 5 kilomètres que je parcourais le matin à Ko Lanta, croisant quelques « joggueuses » et de rares baigneurs, des paysages embrumés aux petites îles rocailleuses qu’on perçoit à peine, aux petits rapaces tournoyant lentement dans le haut ciel azuré. Dernier lieu de passage et parcours de mes étapes programmées.
Bangkok, la souriante, que je retrouve, avec ravissement, cette vie perpétuelle, des travailleurs du matins aux pêcheurs en eau trouble, de la nuit chaude des quartiers de PatPong, Nana Plazza où Soi Cowboy. Curiosités surfaites des années passées ou les occidentaux se frayaient un chemin vers les interdits moraux.
En tout cas, le plaisir de retrouver cet ami, par hasard, qui m’a fait découvrir ces merveilleux restaurants de rue, que ma petite santé rechignait à affronter, et ces bars animés de jeunes groupes de rock interprétant merveilleusement bien, les vieux tubes des années 70, nostalgie des années de jeunesse que n’effacera jamais, ce tapage insensé de musique électronique de Saïgon, la prétentieuse.
Ce fut des moments de bonheur que je n’oublierai pas, grâce à Serge.
Je voulais remercier tous ceux, celles qui m’ont suivi durant ce parcours, avec des commentaires, ou non. Cela m’a permis de voyager un peu moins seul, même si ce petit périple en électron libre, est une expérience incomparable.

IMG_5953IMG_5944IMG_5948IMG_5942260220201326022020826022020926022020726022020626022020126022020226022020411EB93E0-B92D-4257-8766-2E5BFA5E9B9BIMG_5935IMG_593426022020112602202010IMG_59552602202013

55 – KHO LANTA YAI

22 février 2020

 

Ça va mieux ce matin, mais j’ai finalement décidé de ne pas aller voir l’ile du nord en scooter. Il est vrai que Kho Lanta Noi est plus sauvage, plus atypique, moins touristique, à ce qu’on m’a dit. Mais, beaucoup de vent, les yeux encore fragiles. Après tout, durant ce voyage, et selon sa durée, je ne pouvais pas tout voir. Alors, encore de la baignade, de la marche, avec le vent soufflant chaud et fort.
J’ai trouvé le prétexte d’aller à la pharmacie pour faire ces quelques kilomètres et découvrir des traces encore présentes du tsunami de 2004. Déjà seize ans et beaucoup de terrains ou commerces à vendre. j’ai aussi vu un très rare restaurant s’affichant français, et vendant des pizzas. La réputation de la cuisine française en prend un coup.
Le centre de météorologie de l’ile.
Et puis enfin ma pharmacie.
« Closed » y est affiché. Je demande à une dame assise juste à côté, si ça ouvre aujourd’hui. Elle ne sait pas et et me donne l’impression de découvrir la boutique. Il y aussi sur la vitrine de cette pharmacie, cette petite affichette : veuillez vous déchausser avant d’entrer. En effet, dans la plupart des magasins de la ville, c’est comme ça. Rapport à la culture musulmane, sans doute, présente majoritairement dans cette province de Krabi.
Dans certains commentaires, on me demande pourquoi le choix de Kho Lanta ?
Je dois dire que cette étape m’a été un peu vendue par le tour opérateur local de Bangkok. J’avais fait plutôt le choix de Kho Phrayam. Île beaucoup plus discrète.

Mais, finalement, pas de regret, Le climat est agréable, peu de touristes, paysages magnifiques. Et les soirées comme on peut en rêver.
Bon, pour les soins, on attendra Bangkok.
Ce sont les derniers jours.
Surprise, un vieil ami ayant remarqué ma diffusion, m’a fait signe qu’il était sur Bangkok. On va se raconter nos dix dernières années.

 

2202202022022020 1322022020 1222022020 1122022020 722022020 822022020 922022020 1022022020 622022020 522022020 422022020 3IMG_5868IMG_587322022020 122022020 2IMG_586521022020421022020320022020251

54 – KHO LANTA

21 février 2020

Kho Lanta ou Ko Lanta, l’ile aux mille yeux, est connue en France, notamment depuis l’émission de télé-réalité, du même nom, L’ile fut touchée par le violant tsunami de 2004, qui dévasta tout le sud de la Thaïlande, Phuket, Krabi, Phang Nga (la plus touchée), Ranong, Trang et Satun et Ko Lanta.

Mon premier jour a été consacré au « Farniente ». Plage, soleil, dîners et rafraîchissement.

Vous vous souvenez de mon cours séjour aux urgences de l’hôpital de Chiang Mai, pour une allergie aux moustiques de rivière ? Et bien, A ce propos, savez-vous que l’on trouve les mêmes moustiques-tigres » que l’on a en France, Et bien, croyez-moi, il y en a beaucoup moins ici, qu’à Montpellier, en été. ( Saison sèche, en Thaïlande)
A croire qu’ils se sont « donnés le mot » pour venir en France.
Bref me voilà ennuyé par une allergie, soleil ou vent, je ne sais pas trop. Un œil gonflé, le nez qui coule. C’est bien ma veine !
Moi qui comptais faire un tour en moto sur l’ile du Nord (Kho Lanta Noi). On verra demain…

Le voyage en solitaire permet, je suppose, de mieux observer l’environnement, d’être attentif aux autres, j’en suis sûr. Mais si l’on veut comparer un homme et une femme voyageant seuls, on remarquera que cela est moins facile pour un homme.
Observons les éléphants, qui vivent habituellement en groupe, en famille, quand ils sont en liberté et se déplacent. Un éléphant solitaire, mâle, essaie de se rapprocher d’un groupe. Aussitôt, le troupeau est sur la défensive. Le chef du groupe, le plus âgé, se met en avant. Soupçon de convoitise des femelles, d’abord. Puis, peur d’une attaque sur les petits. Et surtout, crainte de la zizanie dans le groupe. Je ne parle que des éléphants, bien sûr.
Une femme isolée, en voyage, suscite de l’admiration. De l’attirance parfois. De la curiosité aussi. Un soir, installé à une terrasse du bord de mer, j’observe une femme qui s’assoit à une table proche, seule. Elle tourne sur elle-même pour situer sa position, Elle a maintenant, un verre de vin blanc, posé sur sa table. Elle écrit quelques lignes sur un petit carnet. Elle se lève, prend quelques photos avec son téléphone et se fait un « selfie ». Puis elle cherche manifestement un serveur pour régler son addition. Je me surprends à lui indiquer qu’il faut appuyer sur l’interphone posé sur sa table. (Ça se fait beaucoup en Thaïlande)
Elle me répond : oui je sais, en espagnol,  l’air de dire « De quoi j’me mêle ? »

Je n’insiste pas et quitte cette terrasse, un peu plus tard,

En conversation téléphonique, déambulant sur le trottoir, tout enjoué et détendu, j’aperçois cette femme, qui, en me croisant, fait un large sourire, auquel je réponds, spontanément, sans, toutefois interrompre ma causerie. Je la perds du regard.
Je ne l’ai pas revue.
Il faut réécouter  » Les Passantes » de Georges Brassens.

 

 

21022020121022020221022020621022020521022020821022020721022020921022020102102202026IMG_5842IMG_5868IMG_5864IMG_5841IMG_5839210220203521022020172102202012

53 – KRABI – Aonang Beach

Erreur
Cette vidéo n’existe pas

20 février 2020

Bon, ça fait trois fois que je rédige mon petit topo quotidien. Mais, entre les problèmes de l’application, pas du tout au point, et les lenteurs du réseau, je commence a m’inquiéter. J’ai failli vous perdre et tous mes textes avec. Les photos sont sauvegardées.

Pas de regret d’avoir quitter le Viêt-Nam. Comme dit ma fille, Au Viêt-Nam comme en Thaïlande, on nous voit comme des porte- monnaie ambulants. Mais , au moins, en Thaïlande, c’est avec le sourire. Bref, un petit résumé de mon séjour à Krabi. Ville côtière du sud de la Thaïlande, moins prisée des touristes que Phuket, elle est quand même très agréable et les paysages côtiers y sont splendides. La plage est bordée d’arbres qui permettent de se protéger tout en profitant du paysage. L’eau y est tellement agréable, qu’on a presque un peu froid, en y sortant, malgré la température ambiante de 33°.
La population est multi-ethnique, multi- religieuse et multi-culturelle. On y croise aussi bien des femmes voilées, souriantes, que des « Lady-boys » respectées ici en Thaïlande.

Je suis dans un bungalow au milieu d’une petite jungle, avec plantes et arbres, e de nombreux oiseaux, d’espèces locales. Le service hôtelier est succinct,mais la gérante de ce lieu est très souriante. On ne peut pas tout avoir.
Mon voyage est plutôt orienté découverte et exploration de cette région d’Asie, mais faire une pause, prendre un peu de bon temps, sans rien faire que, se baigner, regarder le coucher du soleil et se faire un bon dîner local, est tout de même délicieux.

Je suis aujourd’hui à Kho Lanta, les pieds sur la plage. J’en ferai une description lors de la prochaine étape.

2002202022002202032002202092002202082002202062002202042002202012200220201720022020182002202019200220203420022020322002202026200220202520022020362002202037200220204320022020442002202022920022020226200220205620022020542002202023020022020231200220202352002202024020022020251200220202502002202024320022020241

51 – SAÏGON – Respire –

16 février 2020

 

Toujours aussi fatigué par ces courtes nuits, j’ai pris la décision de déambuler dans la ville, au gré du hasard et dépens de ma condition physique. J’ai été instinctivement attiré par les parcs, rafraîchissants et à l’abri de cette circulation la plus impressionnante des grandes villes que j’ai traversées. Ceux que j’ai vus étaient, en apparence, entretenus, mais il n’était pas rare que j’y croisasse des petits amoncellements de détritus d’où surgissaient quelques rongeurs bien nourris.
Puis, je me suis retrouvé devant le musée de Hô Chi Minh City, nom donné à la ville de Saïgon, en 1975, après la victoire sur les américains et en hommage au fondateur de la république démocratique du Viêt Nam.
Ce musée est l’ancien palais présidentiel des dirigeants du Sud- Viêt Nam, détruit à la fin de la guerre et transformé en musée. Je vous poste quelques photos, dont certaines curiosités telles que des billets de la monnaie coloniale française du début du siècle dernier. Au moment où cette région s’appelait l’Indochine.
Pour ne rien vous cacher, je suis un peu déçu par cette ville. Le soir, l’ambiance des mégas cafés, des musiques assourdissantes et des flots de touristes, se promenant sous des panneaux publicitaires géants et lumineux, me paraît, finalement, assez superficielle et réservée prioritairement aux bandes d’ados excités et très décomplexés.
Pour une ville reconquise au nom d’un idéal socialiste, ça fait un peu bizarre. Demain, dernier jour à Saïgon, peut-être avec Anne, que j’espère retrouver le soir.

1602202016022020 4416022020 4316022020 4116022020 3816022020 3716022020 3416022020 3316022020 3216022020 3016022020 2916022020 2816022020 2416022020 2316022020 2016022020 1916022020 1816022020 1416022020 1216022020 1016022020 916022020 716022020 616022020 416022020 116022020 11

50 – Le Delta du Mékong

15 février 2020

Le delta du Mékong, au sud du Vietnam, est un vaste labyrinthe de rivières, de marais et d’îles. Il accueille des marchés flottants, des pagodes khmères et des villages entourés de rizières. Les bateaux sont le principal moyen de transport, et les visites de la région partent souvent des cités avoisinantes de Hô-Chi-Minh-Ville (anciennement Saigon) ou de Cần Thơ, une ville animée au cœur du delta. ( Petit copier/coller de description)

Pour ma part et avec le petit groupe dans lequel j’étais, nous avons aussi visité des petites fabriques de productions locales de cacao, de miel et de coco. J’ai surtout apprécié le repas authentique et délicieusement préparé. Soupe, viandes rôties, un poisson grillé qu’on appelle « poisson oreilles d’éléphant » dont la chair a été préparée en rouleau de printemps. La photo que j’ai ajoutée n.est pas la mienne, mais c’était exactement ça. Et bien sûr du riz, des légumes et une omelette locale. Ben, pour une fois j’ai fait attention à rien et j’en ai bien profité. Même pas mal.

Je voulais dire aussi que mon hôtel est dans une des rues les plus animées de Saïgon. Et c’est donc 4 nuits sans beaucoup dormir. Je récupérerai à Krabi.15022020 115022020 215022020 515022020 615022020 715022020 815022020 1115022020 1315022020 1415022020 1615022020 1815022020 2015022020 2215022020 2315022020 2515022020 2615022020 2815022020 2915022020 3315022020 3515022020 3615022020 3815022020 3915022020 4015022020 4115022020 4315022020 4415022020 4515022020 4615022020 4815022020 4915022020 5015022020 5215022020 531502202015022020 4

49 – HÔ CHI MINH CITY – SAÏGON

14 février 2020

L’arrivée à SAÏGON est impressionnante. Surtout ce décalage avec Hanoï. D’abord le climat. Pour comparer et sans vouloir blesser quiconque. C’est un peu comme si, en une heure vous passiez d’un temps du mois d’octobre à Paris à celui du mois de juillet à Montpellier. Puis, la densité des rues, larges, modernes, animées comme je n’avais pas encore vu en Asie. Bien que la capitale du Viêt Nam soit Hanoï, Saïgon est plus vaste, plus peuplée sans doute.

L’empreinte américaine reste présente. Je suis arrivé à la tombée de la nuit qui, sous ces latitudes, arrive vers 18.00. Juste le temps d’un petit tour du quartier et d’un dîner local.

Demain, journée dans le delta du Mékong.

 

 

 

14022020 114022020 314022020 414022020 514022020 614022020 814022020 1014022020 1114022020 121402202014022020 9

48 – Le Pont Long Biên – Le centre

 

13 février 2020

C’est l’un des deux ponts qui surplombent la rivière rouge de Hanoï. Il est composé de deux voies de circulation, l’une pour les trains que je n’ai pas eu l’occasion de voir, et l’autre exclusive aux deux roues. Un trottoir étroit permet de s’y engager. Impressionnant. Il est tout rouillé et on ne croit pas qu’un train puisse y circuler. Et pourtant,.. Et on dit que les ponts en France sont en mauvais état d’entretien.

Sa longueur est de 1, 6 km et je peux vous dire que cela peut paraître long quand les deux-roues le font vibrer de manière continue. Ne pas trop déborder du petit passage piéton, car on a vite fait de sa faire accrocher. Mais les conducteurs sont habiles et les coup de klaxons préviennent les débordements. A ce propos les Klaxons innombrables sont peut-être déstabilisants mais jamais agressifs. En France le coup de Klaxon, c’est la dernière sommation avant de se faire écharper….Au Viêt Nam et en Thailande, c’est plutôt, « Attention, je suis près de vous, et je ne veux pas vous accrocher ». Enfin, ce n’est que mon avis.

Pour la ville, le centre, les photos sont là. Je n’ai pas pu résister à l’appel des vendeurs qui te proposent fruits, babioles et autre nettoyage de souliers. Après tout, c’est la règle du jeu des touristes qui apportent un peu de leur contribution à l’économie du pays. De là à acheter une casquette militaire à étoile rouge du régime, j’ai préféré opter pour une autre, plus neutre. Demain Hô Chi Minh ville, dans le sud. Bien que j’ai pu apprécier Hanoï, je suis content de revenir vers la chaleur du sud.

 

 

 

 

 

 

13022020 9613022020 9513022020 9413022020 9313022020 8913022020 9013022020 9113022020 9213022020 8813022020 8613022020 8413022020 8313022020 7913022020 8013022020 8113022020 8213022020 7813022020 7713022020 7413022020 7213022020 6413022020 6613022020 6913022020 7113022020 6213022020 5713022020 5513022020 5113022020 4713022020 3613022020 3513022020 2713022020 2513022020 2313022020 2213022020 1913022020 1813022020 913022020 813022020 413022020 513022020 7

47 – HANOÏ – LE NORD

12 février 2020

Je suis dans le cœur de la ville, près du Lac Hoan Kiem. L’atmosphère y est brumeuse mais bien agréable. Il n’y a que moi pour avoir chopé la crève ici. Le nez qui coule avec le masque dessus. Il y a de quoi rester couché. Mais bon, j’en profite quand même pour découvrir cette ville telle que je l’avais un peu imaginée. Les couleurs, les odeurs, les klaxons, les discussions en toutes langues, Beaucoup d’étrangers, et pas que des touristes. Les policiers, on les dirait tout droit sortis des livres de Tintin. Et d’ailleurs, j’ai vu une boutique avec la collection des Tintin en Vietnamien. A ce propos, je m’en veux. Une dame s’est faite rabrouer par un policier, car elle insistait pour me vendre une de ces cartes postales en relief, pliantes. J’ai essayé de dire à ce monsieur que tout allait bien, mais il m’a fait comprendre de passer mon chemin. Le plus drôle, c’est que cette dame s’est mise à crier encore plus fort au policier qui a fini par partir.                                        J’ai passé une partie de l’après-midi à chercher un « nón lá ».                                                Vous ne savez pas ce que c’est ? Demandez à ma fille. Ça y est, il pleut. C’est Bien ma veine.

12022020IMG_572012022020 3212022020 3112022020 2612022020 2812022020 2412022020 2312022020 2212022020 2112022020 1812022020 1712022020 1912022020 2012022020 1612022020 1512022020 1412022020 1312022020 912022020 1012022020 1112022020 812022020 712022020 612022020 512022020 112022020 212022020 312022020 4

46 _Baie d’Along

11 février 2020

Belle journée, quoique maussade. La lumière m’a permis de réaliser des photos différentes. Pour ceux qui connaissent déjà, rien que le paysage de cette Baie d’Along, vaut le passage par Hanoï. Je n’ai pas vraiment vu la ville et je ferai aujourd’hui.
Les Tours en groupe, c’est bien, cela permet de faire des rencontres.
Mais j’apprécie aussi de flâner seul, à m’imprégner de l’atmosphère, des gens, du bruit aussi, notamment des deux roues, si nombreuses. Mais on s’y fait. Avant de vous faire part de mon coup de froid, en arrivant sur la ville, rhume, fatigue et courbatures, je vous laisse regarder les quelques photos que j’ai pu prendre hier. Ce tour était aussi l’occasion pour le guide de nous rappeler, par la visite de bunkers fabriqués dans les rochers, à notre souvenir de la guerre récente du VIÊT-NAM avec les américains et précédemment avec les français et leurs défaites, à l’époque où les occidentaux appelaient ce pays, l’Indochine. Le Viêt-nam est sous un régime communiste, mais en tant que touriste, on ne voit pas vraiment la différence, si ce n’est certains contrôles militaires pour vérifier que nous portons bien un masque de protection.                                                                        Tiens, tout à coup, j’ai un doute… Je vais aller prendre ma température…

11022020 211022020 711022020 811022020 1011022020 1211022020 1311022020 1411022020 1711022020 1811022020 1911022020 2011022020 2111022020 2611022020 2711022020 2811022020 3111022020 3211022020 3511022020 3611022020 3711022020 3911022020 4011022020 4411022020 4511022020 4611022020 4711022020 4811022020 4911022020 5111022020 5211022020 5411022020 5611022020 6011022020 6111022020 6411022020 6511022020 6611022020 6711022020 6811022020 6911022020 7011022020 7411022020 7511022020 7611022020 7811022020 7911022020 8011022020 8111022020 8211022020 8311022020 8411022020 8511022020 8611022020 8711022020 8811022020 8911022020 9011022020 9211022020 9311022020 9411022020 9511022020 9611022020 97IMG_5675IMG_567611022020 611022020 2311022020 2411022020 91

45 – HANOÏ – Sur le delta du fleuve rouge

10 février 2020

Étape d’installation pour ces quatre jours à Hanoï.
A 14 h, j »étais encore à l’aéroport de Chiang Mai. Les formalités furent plus longues, car c’est un passage de frontière et il faut justifier, pour la douane thaïlandaise que tu reviens bien avant un mois, sinon , visa obligatoire. Pour la douane vietnamienne, c’est un peu pareil ? Tu dois justifier de la date de ton retour pour être épargner d’un visa.
Ce qui m’a surpris, à Hanoï, c’est le temps maussade, humide et une température de 18 degrés. Quel décalage. Il risque de pleuvoir les quatre jours de mon séjour ici. Je suis arrivé à 16.00 à mon à l’hôtel, situé en plein centre ville. Une heure plus tard, la nuit tombait. Petite ballade rapide dans les rues animées et très cosmopolites.
Comme en Thaïlande, les gens sont aimables et serviables, mais ils ne sourient pas forcément. Après tout, ils travaillent.

Demain lever à 6.00, avec veste, maillot et sac à dos. J’ai choisi de faire la baie d’Along sur une journée car je veux aussi découvrir HanoÏ. Je vous remets ma photo, on dirait un militaire local. Hihihi

09022020 6DSCF4722DSCF4723DSCF4724DSCF4725DSCF4726DSCF4729DSCF4731DSCF4732DSCF4733

 

 

44 – Chiang Mai – Dernier jour

9 février 2020

Journée particulière. Pas beaucoup dormi depuis mon arrivée. Notre corps nous rappelle nos obligations. Visite à l’hôpital de Chiang Mai. Des petits soucis allergiques. Juste pour contrôler. C’est aussi par curiosité. Je n’arrive pas m’en passer. Déformation sanitaire. Efficace, le service des urgences. Les infirmières comprennent vite. C’est langue commune à tous les personnels soignants. Ça se passe un peu comme France, mais ici, je suis sorti en une heure. Bon, je refais du mauvais esprit. Le coût de la consultation, médicaments compris : 700 Baths, soit environ 21 euros. Y’a plus qu’à dormir un peu avant mon départ demain pour Hanoï. Avant ça, j’ai essayé le coiffeur du quartier. Je lui ai demandé une coupe locale. Pas possible, qu’il m’a dit en regardant ma tête. En tout cas , il s’est bien débrouillé. Je quitte Chiang Mai avec un petit pincement au cœur, on s’y fait vite.

Trop triste, après cet attentat à Nakhon qui a détruit de nombreuses vies. Une première de cette ampleur en Thailande. Quelque soit l’endroit, on ne peut guère échapper à cette actualité.

Pas beaucoup de photos, pour cette étape. Vous ne verrez pas les patients dans la salle d’attente des urgences de l’Hôpital de Chiang Mai, intimité oblige. J’ai tenté une vidéo de Khaosan Road réalisée à Bangkok, il y a une semaine, avec les moyens du bord, car je n’ai pas pris d’ordi. Rendez-vous à Hanoï.

 

 

09022020 1709022020 1609022020 1209022020 1409022020 1009022020 109022020 6

Travel Colibri

Voyages sur le monde

PRENDS TA DOSE

Capsule Culture Pour Analphabètes Lettrés

Assistance WordPress.com

Consultez notre site d'assistance pour en savoir plus sur votre site et la manière de tirer le meilleur profit de WordPress.

VOYAGE ONIRIQUE

" Un rêve onirique, une bulle d'évasion "

L'urgence est au bonheur, by Sophie Ausilio

Humons-le chaque jour (Derrière chaque photo une histoire)

LA ROCHELLE PHOTOS

La Rochelle, nature, animaux, fleurs, jardin, mer, ports, bateaux..,

suzanne35

ni française ni bretonne malouin suis

gmafric

Just another WordPress.com site

Bien Vivre son Cancer

Mes conseils and co

WordPress.com en français

Toutes les nouvelles de la communauté WordPress.com

%d blogueurs aiment cette page :